samedi 5 avril 2014

Ukraine: l'illusion du journalisme indépendant pour un service public


L'illusion du journalisme indépendant en Ukraine

En 2010, Reporters Sans Frontières publiait un rapport, mis à jour en 2012, sur l'Ukraine. Une de ses références locales n'était autre que Andrei Chevchenko déjà actif en 2004 pour la création de la chaîne de télévision Kanal 5. Il est président d'ONG et fondateur de plusieurs d'entre-elles comme nous l'apprend cette énième ONG aux finances US. Il est, par exemple également membre de Internews (juste pour le coup d'oeil). Bref, ce rapport insistait sur le fait qu'il fallait absolument une télévision publique en Ukraine, c'était la cause de tous les maux, du peu de liberté de la presse dans le pays. Ainsi un nombre assez impressionnant d'ONG notamment réunies dans New Citizen, mais pas uniquement, se sont mises ensemble à appuyer les initiatives allant dans ce sens. L'année 2013 fut celle de tous les espoirs avec plusieurs projets de web tv présentées comme télévisions citoyennes indépendantes voulant offrir un service public.
C'est ainsi que parmi ces projets, on a vu apparaître Hromadske TV avec entre autre un "journaliste" phare Mustafa Nayyem. Cette chaîne a commencé à se monter dès juin 2013 et non à la va-vite fin novembre sur les barricades comme le laisse entendre vaguement le journal le parisien en écrivant qu'elle est "née dès le début du mouvement et qui fait le buzz sur la Toile..."
.
Mustafa Nayyem; l'appel à se rendre sur la place:
En ce qui concerne ce journaliste, il est l'homme qui a déclenché la première manifestation, appelant à venir sur la place, le jour où le président Janukovitch a refusé de signer l'accord avec l'UE, par ces appels sur les réseaux sociaux, ci dessous avec la traduction fournie par le site, semi-compréhensible, ou comme reporté dans l'article du Parisien. C'est sans aucun doute la tache d'un journaliste indépendant.
Message facebook numéroté chronologiquement, on remarque les maîtres de l'opposition arriver au 4ème message et deux jours plus tard:



Ses amis sur la place:
Il prenait aussi à cœur son rôle de "journaliste indépendant" deux jours plus tard sur la scène du Maidan (déjà installée), entouré de la chanteuse Ruslana et de Lutzenko, ex ministre de Tumeurshenko; ou sur les hauteurs de la scène derrière un drapeau européen, ou encore entouré des figures de l'opposition Klitchko et Iatseniuk.

Cela va me donner l'occasion de présenter un personnage que l'on ne connait pas en France mais à qui toute la Galicie voue un culte quasi sacerdotale, l'homme à la casquette noire, sur la place depuis le début, la caution historique de la place, celui en charge de tuer à base d'archives le communisme, celui qui doit révéler au grand jour les terribles secrets inconnus du public, les déportations staliniennes, les persécutions des minorités, le génocide de l'holodomor, parce que cela n'a jamais été fait... 
Celui qui ne trouvera jamais que l'UPA a collaboré avec le nazisme mais faisait une guerre d'indépendance, celui qui vous dira que les Ukrainiens qui se sont battus contre les nazis avec les communistes étaient des traitres à l'Ukraine, il se nomme Volodimir Viatrovych. Celui qui  fut déjà sous Tumeurshenko, (depuis sa phrase sur l'extermination par arme nucléaire (pour un pays qui a connu la catastrophe de Tchernobyl merde ! D'ailleurs, elle a du s'en rendre compte puisque c'est la seule phrase de l'enregistrement qu'elle n'assume pas) je ne peux plus m'empêcher de la nommer comme-ça), donc celui qui fut sous Tumeurshenko directeur des archives du SBU, (descendant du KGB) et préposé à révéler les crimes communistes, ou encore celui qui fait des conférences à Harvard, celui-là même qui a reçu la bénédiction des maidanistes de Lviv pour le rôle de directeur de l'institut ukrainien de la mémoire nationale... 
En plus de Harvard, Volodimir fait aussi des conférences comme ici pour le "centre de recherche indépendant" Woodrow Wilson. Le centre Wilson peut  en effet et lui aussi être tout autant "indépendant" que nos "journalistes" avec de tels sponsors. Mais ceci est déjà un autre article.

Parmi les fondateurs:
Revenons à notre journalisme indépendant via cette nouvelle et magnifique structure qu'est Hromadske TV, chaine aux fondateurs issus du peuple dont voici une liste donnée par 15minut. On y voit naturellement le nom de Mustafa Nayyem, mais aussi en antépénultième position on trouve Roman Skrypin qui fut étrangement aussi présent avec Andrei Chevchenko à la création de kanal 5, chaîne de télévision qui joua un rôle important lors de la révolution orange en 2004, rôle pris alors sur la toile par Ukrayinska Pravda (à fond américain). Roman Skrypin fait évidemment aussi parti du le monde des ONG, président de l'union des medias indépendants, soutenue par la NED, et au sein de New Citizen. En dernière place de la liste des Fondateurs de Hromadske TV, on voit une personne très intéressante qui depuis, s'est déclaré contributeur bénévole de Hromadske Tv, et qui est en rapport de longue date pour l'Ukraine avec la NDI, Freedom House, RFE, voice of america.... Les curieux pourront jeter un oeil à son cv si intéressant, on en reparlera plus longuement une prochaine fois. Il s'agit de Danilo Janevsky citant une phrase choc attribué à un  fondamentaliste-nationaliste, digne des ultras de Lviv, il y a peu de temps sur les ondes: "la Crimée sera ukrainienne ou déserte".
  
La date de création:
Concernant cette chaine aux fondateurs issus du peuple, née sur les événements d'euromaidan selon le parisien, on peut s’intéresser aux paroles de ces fondateurs en date de JUIN 2013 (hein le parisien!)  avec un petit morceau choisi. Repris dans cet article, un des fondateur de la chaine lors de la présentation du projet disait à peu près ceci : « Nous avons un problème d'argent donc il faut bien comprendre les choix que nous avons. Nous pensons travailler avec trois sources de financements. Les dons, les subventions et les revenus de publicité et parrainage... Pour notre projet, nous créons un fond de financement - il y a des organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales qui financent généralement ce genre de projet...» Alors parmi les organisations internationales gouvernementales nous connaissons qui ? Le journaliste de Versii dans l'article pense aux représentations de la Commission européenne, de l'OSCE, Etats-Unis, la Suède et l'Agence canadienne de développement international. Pour les organisations non gouvernementales il voit la Fondation Soros, la Fondation Friedrich Ebert, la Fondation Adenauer qui sont trois fondations "philanthropiques" très impliquées en Ukraine.

Le nom et le financement:
Je rappelle que Hromadske signifie civique, genre TV civique, ou associative, citoyenne, TV publique.. d'ailleurs cette capture d'écran faite de la vidéo de présentation de la chaine du 11 Juin 2013 montre bien le côté "service public" que la chaîne veut se donner. C'est encore de cette façon que la présente en janvier 2014 Forbes ukraine avec ses compères présents sur le Maidan, spilno TV, espresso TV ou   Radio Svoboda qui multipliait  les diffusions vidéo  en direct pendant l'euromaidan, c'est la version ukrainienne de radio free europe dont nous parlerons plus abondamment une prochaine fois. Bref, elles auraient pu être appelées par Forbes, TV occidentales plutôt que publiques, tout du moins pour Hromadskoe TV, puisque les comptes ont été publié en ce début d'année 2014 et que l'on pourra voir que le journaliste de Versii avait très logiquement vu juste, en tout cas pour les fonds distribués publiquement. Sont présents les ambassades des États-Unis et des Pays-bas ainsi que l'IRF de la Fondation Soros. Ces deux derniers sont d'ailleurs arrivés à la rescousse en décembre avec près d'un million de Grivnia à eux deux. Notons tout de même un bon point pour Forbes qui se demande comment de pareilles télévisions pourraient un jour être rentable et qui donne aussi le montant des subventions avant décembre...

La nécessité de la création:
Pour la petite histoire, faisons un retour en arrière, au moment où notre protagoniste, le journaliste indépendant, travaillait encore pour TVi. C'est fin avril 2013 que l'on a appris que le propriétaire de la chaine TVi, un businessman russe exilé, vend celle-ci à un homme d'affaire américano-ukrainien, Altman, mais un scandale arrive immédiatement. D'abord les journalistes ne sont pas au courant, et se retrouvent devant le fait accompli, puis l'ancien propriétaire, Kagalovsky, ancien partenaire de Khodorkovsky, dit que l'acquisition est illégale et que Altman aurait la volonté soit de fermer la chaine soit de la transformer en chaine musicale. D'un même son de cloche, les organisations pro-occidentales, relayés par RSF, n'ayant pas arrêter de dire depuis des mois que c'est l'unique TV indépendante du pays, et qu'avec Kanal 5, c'est la seule qui peut critiquer le gouvernement Janukovitch, il devient alors urgent d'aider les projets de web tv indépendante comme Hromadske tv où des journalistes de TVi iront directement, dont notre mascotte Nayyem. Voilà d'ailleurs la photo officielle ci -dessous de la présentation du 11 juin, vous reconnaitrez maintenant notre journaliste en bas à gauche.

Ils voulaient donc être sûr de pouvoir continuer à faire du "journalisme indépendant". Vu que Altman est quand même un américain, il paraît étrange que la ligne éditoriale eut changée mais Altman aurait été, toujours selon Kagalovsky, conseiller d'un des ministres de Janukovitch alors trop de tension pour qu'un journaliste puisse travailler tranquillement... On peut quand même se demander, vu la tournure des événements et étant donné que les détails de la vente ou de la non légalité de la chose ne sont toujours pas, ni élucider, ni même source d'intérêt pour le journalisme d'investigation, si l'histoire ne serait pas  montée de toutes pièce pour faire naître sous une image d'indépendance et donner un blanc-seing aux journalistes abandonnant une chaîne dont ils n'auraient plus confiance dans l'indépendance journalistique et par voie de conséquence finir à Hromadske TV, la vierge et pure télévision citoyenne sur internet, faisant au passage beaucoup de bruit et de publicité.


Des médias et du séparatisme:
Une rapide capture d'écran fin mars 2014 nous prouve la ligne pro-maidan de la chaine TVi comme on pouvait s'y attendre avec une incrustation lorsque le président putschiste intérimaire s'adresse à la toute nouvelle garde nationale qui sera financée avec les premières aides reçues en prêt de l'occident. (Il est clair qu'avec  l'impossibilité d'honorer les retraites de ses citoyens, une dette de gaz envers la Russie qui augmente et un pays au bord de la faillite, mettre en priorité le financement de la garde nationale est outre irresponsable économiquement, également une volonté de maintenir la population dans une ambiance de guerre et brandir la menace d'une invasion russe imminente - et le fait d'armer des enfants, nourris au sentiment anti-russe ou au rêve européen, capables d'une erreur face à des manifestants ukrainiens réclamant le soutien de la Russie pour faire respecter leur droit, semble une décision peu pacificatrice). On voit à droite la même incrustation pendant le film d'horreur du dimanche soir sur TVi :  pour un "Pays uni". Dessous la capture d'image de diffusion de Espresso TV, dans la ligne de Hromadske TV et insistant sur l'état de guerre. Ce sont évidemment les mêmes qui disaient à l'antenne que ce serait stupide de la part de Janukovitch de déclarer l'état d'urgence pour faire intervenir l'armée au Maidan même si des armes circulaient au su et au vu de tous. Ici la fausse information en incrustation, "la Russie a déclaré la guerre à l'Ukraine" et l'indispensable "l'armée USA prête à soutenir l'Ukraine".
Entouré en haut, la Russie déclare la guerre à l'Ukraine
en bas, l'armée des USA prête à soutenir l'Ukraine
En conclusion, les médias, et parmi eux ceux financés par les œuvres exportatrices de démocratie occidentale, qui ne se sont jamais offusqués de la montée de la violence, du nazisme et cela malgré qu'ils aient été prévenu par de nombreuses régions du sud-est du pays, disant qu'elles ne se considéreraient plus comme ukrainiennes en cas de coup d'état, ce sont ces mêmes médias, qui maintenant crient au séparatisme et aux traitres à la nation. D'ailleurs, et c'est encore plus vrai depuis que Svoboda s'est prononcé en faveur d'un retour de la peine de mort aux traitres à la patrie, les milices d'auto-défense peuvent facilement battre des militants avec drapeau russe ou ruban de St George pour peu qu'elles soient en supériorité numérique. Ou simplement un directeur d'Hôpital parce qu'il a été nommé par l'ancien gouvernement. Les hommes d'église appartenant au patriarcat de Moscou ont reçu aussi des menaces dans ce sens- être considérés comme des traitres ou des agents de l'étranger en période de guerre, ce qui impliquerait la mort comme punition.

Tout est bon pour la cause:
On va juste aussi parler d'une mésaventure de la chaîne. Une invitée (celle au bonnet gris sur l'image) à l'antenne de Hromadske TV témoigne de la brutalité policière et de son enlèvement par ses derniers, puis ils l'auraient abandonnée dans la forêt à des kilomètre de Kiev. C'est un gros scoop de la chaine qui met une pierre de plus à l'édifice du pouvoir autocratique et des forces de l'ordre répressives. Mais quelques temps plus tard on apprend qu'en réalité elle a été payé pour mentir, elle ne sait par qui...mais elle a menti sur tout, même sur son âge, elle passe de 22 ans à 19 ans bref dans le "journalisme indépendant" à la sauce Hromadske TV, tout semble bon pour la cause. On est en droit de mettre en doute l'éthique journalistique qui à l'air bien moins présente que l'idéologie car il est maintenant clair que ces médias incitent au point de vue occidental en appelant cela un avis indépendant alors qu'ils occultent des faits et en inventent d'autres. 

Le petit détail:
Une petite remarque qui n'a l'air de rien mais comme souvent rend révélatrice l'intérêt que portent certains gouvernements à travers le monde à l'égard de l'objet. En visitant la fiche wikipedia de notre journaliste, outre l'anglais, souvent première ou deuxième langue de traduction, ici après l'ukrainien et le russe, on trouve aussi une traduction allemande et une traduction polonaise. Deux pays qui sont, non fortuitement, mais fortement impliqués dans le financement et l'organisation des ONG en Ukraine. Notons PAUCI (fondation pour la coopération polono-ukrainienne aux sponsors allant de la NED à l'UE) dont les membres font étrangement partie pour nombre d'entre eux de la fondation Freedom House (soit pour l'Ukraine soit pour la Pologne) impliquée dans de nombreux renversements de gouvernements non pro-occidentaux appelant cela des révolutions colorées (documentaire vidéo ou ici ou encore des articles et ici);

De fil en aiguille:
Et comme on parle de fond allemand ou polonais, ainsi que de Mustafa Nayem on va en profiter pour parler de ce forum des jeunes germano-ukraino-polonais qui a eu lieu à Vinnitsa en avril 2012 organisé par la fondation Adenauer, l'ambassade d'Allemagne à Kiev, la fondation Poroshenko et la fondation Robert Schuman Pologne mais était encore présent la fondation Friedrich Ebert par exemple.
Forum "Be active for Europe!" en Ukraine en avril 2012
Un journal local (avec photo reportage) nous précise que ce forum se passe en européen c'est-à-dire en anglais. Langue qui n'était pas parmi les 4 langues officielles de la communauté européenne à ses débuts et qui n'est ,ou ne doit être, la langue maternelle d'aucun des participants. L'ambassadeur d'Allemagne en Ukraine a pris une part active au forum et Poroshenko (l'oligarque -roi du chocolat- financier déjà de la révolution orange de 2004)  y a aussi directement participé. Il rappelle qu'on y apprend comment fonder une ONG, et comment trouver des fonds, se mettre en contact avec les organismes de subventions et quels thèmes auront plus de chance de trouver des financements.
Ou autrement dit, voici la liste des thème pour ONG qui vont être subventionnés pour qui veut entrer en politique par la voie associative. Ainsi  la fine fleur  de la jeunesse se fait guider vers le rêve européen, la démocratie occidentale, le marché libre..
A ce forum, on retrouve un modérateur qui nous relie à l'article, on le voit sur la photo, c'est encore Mustafa Nayyem.On ne va pas détailler les participants car ils étaient plus de 150, mais étaient présents des jeunes politiciens et activistes de la société civile qui aujourd'hui ont réussi dans la voie de l'ONG, des allemands notamment de la CDU, des Polonais de Open Dialogue, ou des ukrainiens, par exemple des membres de Telekritika qui a reçu seulement pour 2012, près de 70000$ de la part de la NED, et qui est pris en référence dans le rapport de RSF du début d'article.


Après avril 2012, l'eurovillage de juin:
Eurovillage Kiev juin 2012
Parlons des journées européennes de Kiev qui se sont déroulées tout le mois de juin 2012. Vous imaginez un pays sans liberté d'expression ni de presse avec un mois durant une promotion occidentale non stop, ue-ceci, democratie-cela, valeurs européennes et où l'on retrouve encore Mustafa Nayyem pour débattre avec des ambassadeurs de l'UE (inutile de dire que ce n'était pas un débat contradictoire) et l'on retrouve également PAUCI et le gratin du monde de l'ong.  L'opposition aussi était représentée soit directement par Klitchko ou par des membres de la fondation de Iatseniuk Open Ukraine par exemple. Puis n'oublions pas que l'UE a des devoirs d'assistance à ses frontières et qu'existe l'euro-région ukraino-moldave "Dniester".
Mustafa Nayyem en plein travail de journalisme indépendant
En définitive, sachant que le nombre d'ONG est difficilement déterminable (j'avais lu 400 dans un article mais j'en ai recensé déjà plus et suis pourtant loin de pouvoir être exhaustif), sachant que c'est ainsi, par ces enchainements de rendez-vous, que les réseaux des ONG se tissent, se connaissent, se reconnaissent et puis collaborent, sachant qu'on a parmi cela une figure journalistique convaincue œuvrant à la moindre occasion à la direction européenne de l'Ukraine et sachant les milliards dépensés par les œuvres de bienfaisance gouvernementales ou non pour étendre ces réseaux au maximum à travers le pays, l'appel fait par Mustafa Nayyem au soir du refus de signer l'accord avec l'UE par Janukovitch pouvait-il passer inaperçu ?  Et maintenant sachant tout cela et en le comparant avec la volonté de la population ayant élu démocratiquement un président, avec même une pétition signée par 4 millions de personnes à travers le pays pour faire un referendum sur les accords avec l'UE, on voit clairement ou se trouve le côté démocratique et le côté anti-démocratique dans le pays. On voit clairement à qui on peut reprocher une ingérence en Ukraine.

Conclusion: une tv publique au contenu éclectique:
Mustafa Nayyem et les Pussy Riot
Après tous les éléments que l'on a vu dans cet article, on peut être persuader de l'indépendance du travail journalistique du personnage et de la chaîne et c'est donc dans ce même esprit que le samedi 29 mars,  Hromadske TV nous réservait, dans la droite ligne de ses œuvres jusque là, un rendez-vous hautement culturel à l'antenne où étaient invitées les Pussy Riot. Ces égéries de la nouvelle tendance démocratique dont les exploits leur ont apporté une renommée mondiale, interdit aux mineurs quand même ici, ou ici, à moins que ce soit juste le fait qu'elles aient été emprisonné en Russie qui fait d'elles des héroïnes ? Après tout, en France on laisse bien les Femen uriner dans une église, alors dans ces conditions, comment comprendre une peine d'emprisonnement pour une chanson punk dans un lieu sacré. Elles ont donc pu parlé de la violente agression qu'elles ont subie il y a peu de temps ou de la visite qu'elles allaient faire au parlement européen. En tout les cas, le journalisme in dépendant et le service public via internet se portent  bien dorénavant, le prochain rapport de RSF devrait le certifier, et la démocratie est sauve puisqu'on a réussi à faire taire, pour le moment, les ukrainiens qui ne sont pas aveuglément anti-russes..

Gigi Houille

Et voici en anglais un article de Steve Weissman repris par l'institut Ron Paul et rempli d'informations.



2 commentaires:

  1. Super article et super blog : quelle documentation !!

    Dommage pour le lecteur que je suis qu'entre cet article et le précédent, beaucoup de jours se soient écoulés...
    Ceci dit, les sources et liens auxquels se réfère cet article sont telles que peut-être était-il préférable d'attendre :

    maladets, tchelaviek !

    Le combat pour la vérité continue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment et le commentaire.
      Un article comme celui-là me prend en effet beaucoup de temps, et avec le boulot, la famille, il m'est difficile de le produire plus rapidement.

      Supprimer